La chambre noire

Intérieur nuit

Dormir dans le noir est une chose. Passer une nuit dans une chambre éclairée à la lumière UV en est une autre. A Lens, l’ancienne maison du médecin des mines vous invite à tenter l’expérience.

 

Derrière la porte

Quoi de plus banal qu’une porte ? Alfred Hitchcock, le maître du suspense, savait qu’il tenait là un élément-clé de ses plus grands succès. Une porte, c’est le passage vers l’ailleurs, le mystère aussi, le moment où tout peut basculer. Le 7e art en est féru. Mais peut-être pas autant que le 1er, l’architecture. Vous imaginez une maison sans porte d’entrée ? un hall de grande surface dénué de baie automatique ? un château médiéval sans poterne ? e*Et une chambre sans porte, quelle idée ! A Lens, l’une d’elle, fermée par une double porte, a été rebaptisée « Chambre Noire. » Curieux. Elle se déverrouille à l’aide d’un code comme un coffre-fort. Bizarre. Mais le plus étrange se trouve derrière.

Le noir, expérience intense

Imaginez une pièce revêtue de noir. Une pièce avec des murs noirs, un plafond noir, des meubles noirs, des radiateurs noirs, jusqu’au linge de lit, noir lui aussi. Il ne vous faudra pas bien longtemps pour être envahi d’une étrange sensation. Pour les uns, la plongée se traduira par un sentiment de bien-être ou une montée d’adrénaline quand d’autres auront l’impression de participer à un jeu grandeur nature. « Au-delà de passer une nuit dans une chambre, il s’agit d’abord de vivre une expérience », souligne Laure Debray qui joue le rôle de courroie de transmission entre le commanditaire (Autour du Louvre-Lens) et le studio Darrow qui a conçu ce nouvel espace. « En modifiant, voire en inversant les codes traditionnels comme c’est le cas en allumant le sombre, on pique forcément la curiosité des gens. On active un autre mode de perception », poursuit L. Debray. Le noir agit comme un révélateur.   

 

La nuit (ap)porte conseil

Alors que d’ordinaire l’interrupteur illumine la pièce, ici, il la plonge illico dans le noir. Ou plus exactement, il déclenche des lumières UV (néons) qui mettent en lumière des artéfacts. Le plus intrigant d’entre eux est l’entrelac de fils tendus au-dessus du lit. Un complexe maillage qui ressemble aux faisceaux laser que doivent éviter les cambrioleurs  dans les films d’espionnage. Mais ce n’est pas tout. Les ultra-violets révèlent aussi une carte du territoire, et des sérigraphies réalisées par l’Atelier Kencre. Histoire de planifier le séjour après le dodo.
Tous nos sens sont en éveil dont l’ouïe. On vous invite à activer la bande sonore et vous immerger encore plus dans cette ambiance chambre noire. Et vous endormir…

Pour Samuel Monnier du Studio Darrow (Lille), la mise en scène va au-delà du sensoriel. « Les repères sont de facto chamboulés. On se retrouve plongé dans une ambiance intrigante. Il ne fait pas totalement nuit, pas totalement jour. On distingue plus qu’on ne voit. Les distances sont tronquées, les rapports aux objets qui nous entourent sont modifiés. Et pourtant, la pièce n’a changé ni de forme ni de dimensions. »

Dans tous les cas, l’expérience de la Chambre noire devrait en faire sourire plus d’un. De quoi ressembler au chat du Cheshire dans Alice au pays des merveilles.

Vous pouvez réserver la Chambre noire sur airbnb (lien ici).